Gastornomie | à propos | Soupe d’ail contre soupe à l’oignon

A propos

Gastor Nomie, Qui est-ce ? Pourquoi?

Gastor Nomie

Mon père qui était sourd et un peu myope adorait lire les paroles des chansons qu’il n’entendait pas. Sa chanson favorite était Le téléfon de Nino Ferrer, surtout pour son refrain qui le faisait beaucoup rire :
Gaston y'a l'téléfon qui son'
Et y'a jamais person' qui y répond

Le problème est que sa myopie lui faisait lire Gastor et non Gaston.

Ma mère, était beaucoup plus myope que mon père mais moins sourde que lui. Les seules voix qu’elle arrivait à entendre étaient celles des contre-ténors comme Alfred Deller ou Klaus Nomi. Elle adorait ce dernier qu’elle prenait pour une fille et dont elle écrivait le nom avec un e à la fin : Nomie.

Mon père voulait un garçon et ma mère, une fille. Tandis qu’ils me cherchaient un prénom, mon père choisi Gastor et ma mère dit Nomie. Pour éviter les disputes ce fut Gastornomie.

Je vous l'accorde, c'est une bien étrange histoire!

Étrange histoire, d’autant plus qu’avec cet aptonyme, tout comme les courses l’étaient pour Omar Sharif, la gastronomie... c’est ma grande passion. Sans doute grâce à ces parents sourds et myopes qui sont d’une génération qui considérait le repas et sa préparation comme un plaisir, un moment partagé et non une contrainte à expédier le plus vite possible.

Au souvenir de ma première histoire d’amour, j’associe le goût des chichis qu’elle vendait sur la plage, à celui des dimanches passés chez mes grands-parents en Auvergne, l’odeur de la potée qui mijotait des heures durant et celle de la fritta m'évoque des voyages en voiture avec mes parents.

On est ce que l'on mange.

J’aime l’huile d’olives, les palourdes, les gros cornichons, la sauce chien, le navarin d’agneaux, les petits pois, le thé vert, les vins de Touraine, la currywurst, la potée auvergnate, les rāmen, les andouillettes, le bouillon de poulet, les cuisses de poulet, les haricots verts, les yaourts à la vanille Bourbon, le Saint Nectaire, les cerises, le vin de Quincy, les harengs, les bonnes pommes, le magret de canard, les sashimis de thon.

J’aime le foie gras, les huîtres pochées, les tomates mûres, la fondue de poireaux, le risotto d’asperges, le couscous, les amandes, les œufs à la coque, le beurre cru, les pommes de terre Linda, l’Ayran, les Laugenbrötchen, les yaourts aux graines de pavots et au massepain, l’aïoli, le Buttermilch, le gazpacho, le camembert de Normandie au lait cru pas fabriqué par Lactalis, le jambon de Cul Noir Limousin, le safran, les steak and kidney pies.

J’aime, le tajine aux pruneaux, les Gummibärchen, le cassoulet, la cotriade, les biscottes, les coquilles Saint-Jacques, les Thüringer Rostbratwürste, le maïs en épis, le brochet à la crème, le Kéfir, la menthe, les pizzas Margherita, les chipirons à la plancha, le riz au lait, le vin de Menetou-Salon, le vieux Comté, la Marmite, le raifort, les bagels.

J’aime les coquillettes au jambon, le foie de veau, les cailles aux raisins, les omelettes aux girolles, les artichauts, la soupe de potimarons, les châtaignes grillées, les truffes, la langue de veau, les harengs pommes à l’huile, les maquereaux à la moutarde, le pad Thaï, les cèpes, la galette des rois, la fricassée de volailles aux morilles, le pâté, la sole, les huîtres, le sel de Guérande, le gratin de macaroni, les noix, le porassou, le yorkshire pudding.

J’aime les pissenlits sautés avec des lardons et du vinaigre, le basilic, les côtes de bœuf, les asperges, la citronnelle, les Bok choy poêlés, les épinards tombés dans de l’huile d’olive, la roquette, le Bauernfrühstück, les saucisses de Toulouse, l’ail frais, les endives, les choucroutes, les betteraves rouges crues, le Parmigiano Reggiano, le bon champagne, les bonnes frites, les lentilles du Puys, la soupe Phở, la Dorade au vin blanc, les Berliners.

J’aime la Cuajada, le crabe, l’andouille de guéméné, le tofu soyeux, les ris de veau, le saucisson, les croissants, les champignons de Paris, les Clafoutis, les moules marinières, le Poulet basquais, les melons de Cavaillon, la tapenade, le porridge, l’anguille fumée, la bière tchèque, les noisettes, les mangues, la purée de pois cassés, les sardines, les câpres, les langoustines, la vanille, le pastrami.

J’aime la crème catalane, la ratatouille, la vraie bouillabaisse, les crêpes au sucre, le pot-au-feu, les légumes du pot-au-feu sautés à la poêle avec du vinaigre, des cornichons et du gros sel, j’aime le bouillon du pot-au-feu, j’aime le lapin à la moutarde, la soupe miso, les petits navets nouveaux, les fraises du jardin pas d’Espagne, le katsuobushi, le gratin de giraumons, la salade de mâche avec des coques tièdes.

J’aime le chocolat chaud, la soupe d’oignons, la pintade au chou, les algues wakamés, l’ajo blanco, les carottes à la crème, les champignons à la grecque, le curry de chou-fleur au lait de coco, les gaufres à la bière, le porc alentejana, les daikons, l'applestroop, la terrine de foie de volaille, les tomates aux crevettes grises, le Meerrettich, la confiture de mûres, le caviar, le frango assado, les rougets, les achards, les crevettes au brocoli, la polenta grillée, la purée avec un jus de viande, la paella, les radis à la croque au sel.

J’aime aussi les Pastéis de nata, le roast-beef, les petits pâtés de Pézenas, le pain bis de Laqueuille, les fèves fraîches, la purée de pommes de terre, les pêches plates, le vermouth, les chips au vinaigre, l’avocat au citron, la soupe de vermicelles au lait, les oranges de Valencia en hiver, les pommes de terre sarladaise, les myrtilles, la cannelle, le hachis Parmentier, les poivrons rouges et verts et orange, les champignons shiitaké,

Encore plus à propos

Je suis né en Auvergne, sans doute le cente du monde. Musicien, j'ai vécu une dizaine d'années entre le Royaume-Uni ou j'ai découvert la pâte à tartiner noire à base d'extrait de levure, les Pays-Bas ou j'ai mangé du stamppot cuit dans une marmite norvégienne et l'Allemagne où je dévore toujours de gros cornichons et des harengs de la Baltique, car j'y passe la plus grande partie de mon temps.